les types de maçonnerie de pierres

Hourdée, sèche, à son état naturel ou sous différentes formes et couleurs, la pierre est un matériau de construction noble et ancien qui permet la réalisation d'ouvrages très esthétiques et très bien isolés, qui s'adapte facilement aux goûts de chacun et à la finalité qu'on souhaite lui donner. 


Les pierres hourdées

La maçonnerie de pierres hourdées est généralement davantage destinée au travaux neufs de maçonneries porteusesmaçonneries de remplissage ou maçonneries de façade et revêtement non porteuse.

 

Cette technique de maçonnerie de pierres consiste à empiler les pierres les unes sur les autres de sorte à former un mur, et les lier, les jointer une à une à l’aide d’un mélange d’eau, de sable et de ciment, appelé mortier.  

 

Pour cette technique de maçonnerie de pierre, de multiples combinaisons sont réalisables. En effet, selon la taille et la finition de surface de la pierre, le type de joint et l’appareil (la disposition des pierres sur le mur) choisis, le résultat final ne sera pas le même. 

 

3 caractéristiques sont donc à déterminer avant la construction d'un ouvrage avec des pierres hourdées : 


Le type de joint

On appelle joints les sont les espaces créés entre les pierres, destinés à recevoir le mortier pour sceller les pierres entre elles. En maçonneries il est existe plusieurs types, en voici les principaux : 

  • Le joint plein affleuré
  • Le joint concave ou rond, 
  • Le joint en V
  • Le joint en creux chanfreiné
  • Le joint à baguette
  • Le joint rustique ou baveux. 

Selon les goûts et le rendu esthétique souhaité, les joints et le résultat seront différents.

L'appareil

L'appareil en maçonnerie désigne la manière dont les pierres sont assemblées, disposées sur le mur. En voici les principaux assemblages possibles : 

  • Irrégulier ou à tout-venant : pierres de taille et de forme variées sont disposées librement. 
  • Assisé : pierres de grosseurs variées sont ébauchées ou équarries disposées sans ordre particulier. 
  • Réglé : pierres ébauchées ou équarries placer sans ordre particulier mais les pierres d'un même rang doivent avoir plus ou moins la même hauteur. 
  • A alternance d'assises régulières : pierres disposées sur un même rang sont plus ou moins de la même hauteur. 
  • A assises régulières : pierres taillées de longueur variables mais avec toutes la même hauteur. 
  • Régulier : pierres avec les mêmes dimensions (hauteur, longueur, largeur), disposées en assises régulières. 

Finition de surface de la pierre

De la carrière où elle est prélevée au mur sur lequel elle est maintenant liée, la pierre passe par de nombreuses étapes de transformation : extractiondébitage,équarrissage et finition. Selon les époques et l'ouvrage auquel elle est destinée, la taille, la forme de la pierre mais aussi le travail et les finitions effectuées seront différentes. En voici quelques exemples : 

  • Le moellon brut : roche irrégulière sans transformation, extraite telle quelle de la carrière. 
  • Le moellon ébauché : pierre de forme plus ou moins régulière, légèrement ébauchée au maillet. 
  • Le moellon équarri : de forme régulière, ses arêtes sont taillées au ciseau et au maillet. 
  • La pierre bouchardée
  • La pierre ciselée
  • La pierre piquée


Les pierres sèches

Les maçonneries de pierres sèches sont des ouvrages dits particuliers puisqu'elles sont peu réalisées et sont très localisées. Cette technique est très ancienne puisqu'elle existe depuis des siècles, et a commencé à se répandre pendant la période de l'Antiquité. Elle est utilisée notamment dans la conception de murs, de clôtures, de parcelles cultivées, de soutènement pour démarquer des surfaces agricoles ou des routes, puis plus tard pour la construction de cabane dans l'activité agricole ou pastorale. 

 

Dans la maçonnerie de pierres, il s'agit en fait de la superposition de pierres, de moellons, de dalles, de plaquettes...pour créer un mur. Contrairement à la maçonnerie de pierres hourdées, la maçonnerie de pierres sèches n'utilise aucun liant, aucun mortier ou aucun autre type de mélange, pour sceller et fixer les pierres les unes aux autres. 

 

Cette technique de maçonnerie est généralement employée pour la réalisation de murs en extérieur, mais on peut la retrouver également dans des habitations et bâtiments annexes. Par la complexité de sa mise en oeuvre, elle nécessite une grand savoir-faire et une certaine expérience.